Elsa Chêne: MUR/MER, performance de plage sans paysage

Elsa Chêne: MUR/MER, performance de plage sans paysage

 

En visitant l'espace industriel de Planet Park, Elsa a rêvé une plage sans sable, sans ciel, sans mer.

“Je me suis demandé ce que serait une plage sans paysage, sans la contemplation de l'infini, celui de la mer qui est face à nous et vers laquelle nous allons, marée humaine, d'un même élan.”

Que serait une plage où la MER aurait été remplacée par un MUR?

“J'ai pensé aux plages artificielles photographiées par Martin Paar. Plages bondées où les gens contemplent une mer dont le bleu dégradé est un effet de trompe-l’œil, où l'horizon est dessiné sur un mur au lointain. Pourquoi sont-elles autant fréquentées ? Que viennent chercher ces faux vacanciers ? Jusqu'où va l’illusion ? Oublient-ils l’artifice ?”

Elsa, troublée par l'ambivalence de ces images qui lui procurent à la fois un étonnement rieur, de l'amour pour cet absurde humain ainsi qu’un sentiment d'étrangeté, si ce n'est d'inquiétude, se questionne sur l’expérience que nous pourrions en faire, et avec quelle distance.